MoNiMed (Monachismes orientaux du Nil à la Méditerranée)

Ce carnet constitue le support de diffusion du séminaire MoNiMed (Monachismes orientaux du Nil à la Méditerranée), coordonné par Olivia Adankpo-Labadie (École française de Rome) et Philippe Luisier ( Pontificio Istituto Orientale). Il est dédié à l’étude du monachisme en Afrique (Égypte, Nubie, Éthiopie) dans ses interactions avec la Méditerranée orientale dans la longue durée, même si l’Antiquité tardive et le Moyen Âge sont des périodes privilégiées. Le séminaire a vocation à constituer un lieu d’échanges autour des textes et documents monastiques, qu’ils appartiennent aux traditions copte, éthiopienne, nubienne, arabe, grecque ou syriaque. Il s’agit surtout de croiser les questionnements et les méthodes (histoire, anthropologie, philologie, histoire de l’art, sciences religieuses) pour mieux saisir le phénomène monastique en Afrique et en Méditerranée orientale dans sa complexité.

Ce projet est né de la volonté d’instituer un nouvel espace de discussion spécifiquement destiné à l’analyse du monachisme sous toutes ses formes dans l’Orient chrétien. L’objectif est double : souligner les apports récents de la recherche dans l’étude du monachisme et faire dialoguer des traditions historiographiques, qui bien trop souvent se méconnaissent. Le séminaire repose sur une approche globale du rôle des moines dans la société. Ceux qu’on appelle moines – du grec monos ou monachos, seul – font le choix de pratiquer l’ascèse à l’écart selon des modalités variées. Dès son émergence au IVe siècle, le monachisme devient rapidement une institution majeure des chrétientés orientales. Si les moines sont retirés du monde, ils jouent un rôle essentiel dans la société ; non seulement par leur fonction d’intercesseur – ils s’affirment rapidement comme des spécialistes du sacré -, mais aussi par leur fonction d’encadrement, leur rôle économique – les monastères ont des propriétés foncières et reçoivent des dons de nature variée- et enfin par les relations multiples qu’ils nouent avec le clergé ou l’aristocratie. Les moines sont également les principaux producteurs de l’écrit de ces époques. Mieux connaître le phénomène monastique en Afrique dans l’Antiquité tardive et au Moyen Âge, c’est mieux connaître les sociétés de ces époques dans leur totalité, puisque le monachisme affecte aussi bien les aspects religieux, politiques, économiques et culturels. Dans le même temps, il est apparu fondamental aux organisateurs du séminaire à la fois de souligner les spécificités du monachisme en Égypte, en Nubie et en Éthiopie, en soulignant l’intérêt et les dynamiques de ses expressions, et de décloisonner les études des mondes copte, nubien et éthiopien, en soulignant leurs interactions avec la Méditerranée orientale. Ce parti-pris explique le titre du séminaire :

« Monachismes orientaux du Nil à la Méditerranée ».

Ce carnet Hypothèses présente la synthèse des contributions et des discussions présentées lors des séminaires ; il comporte également des contenus historiographiques (synthèses, notes de lectures, essais) et entretient une veille scientifique autour de la thématique du monachisme antique et médiéval en Afrique (manifestations scientifiques internes et externes au séminaire, nouveautés bibliographiques, actualité de la recherche etc.).


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.